Du 5 au 9/10/2020, le Secrétaire Permanent du Conseil National de sécurité, Colonel Pierre Claver NZISABIRA, effectue des descentes de travail dans les provinces de BURURI et MWARO.

 

Cette visite de travail s’inscrit dans le prolongement des activités destinées au renforcement de capacités des administratifs à la base nouvellement investis et tous les membres faisant partie des comités mixtes de sécurité (CSM) dans les communes de ces deux (2) provinces (Bururi et Mwaro)

La formation dispensée au cours de ces séminaires était axée sur le nouveau concept de la sécurité humaine.

 

Le système d’alerte précoce, l’amour de la patrie, le renseignement administratif et la confection d’un rapport circonstanciel y relatif, la lutte contre les rumeurs ainsi que la tolérance politique font partie des modules dispensés.

Lors de l’exercice de leurs fonctions, les nouveaux responsables administratifs ont été exhortes à s’atteler prioritairement à deux missions principales à savoir :

  • Consolider la paix et la sécurité dans leurs entités administratives respectives
  • S’atteler au développement de la population sous leur administration.

Au total, cinq (5) ateliers ont été organisés dans les deux (2) provinces c’est-à-dire trois (3) ateliers à Mwaro et deux (2) ateliers à Bururi environ 1700 participants ont pris part à ces différents ateliers.

 

Dans la province Bururi, les participants ont soulevé l’existence d’un nombre élevé de litiges fonciers.

Ils accusent aussi les juges affectés dans certaines communes de la province Bururi de corruption et partant, le manque d’impartialité au moment des décisions judiciaires.

____________________________________________________

Du 22 au 30 septembre 2020, le Secrétariat Permanent du Conseil National de Sécurité (SP/CNS) a organisé cinq (5) ateliers de renforcement des capacités dans le domaine de la sécurité humaine à l'endroit des administratifs à la base nouvellement investis, tous les membres de Comités Mixtes de Sécurité, les représentants des pêcheurs ainsi que les responsables des plages sur le lac Tanganyika (de Gatumba à Kabezi), tous œuvrant dans la Province Bujumbura. Au total 1100 participants ressortissants de communes (MUKIKE, MUGONGO-MANGA, KABEZI, MUTAMBU, NYABIRABA, KANYOSHA, ISALE, MUBIMBI, MUTIMBUZI) ont assisté à ces ateliers de formation en Sécurité Humaine.

Dans son mot luminaire lors du lancement de cette activité dans la Commune MUGONGO-MANGA, le Gouverneur de cette Province a déclaré que la paix et la sécurité règnent sur toute l'étendue de sa circonscription administrative. Néanmoins, il a déploré que les CMSH ne fonctionnent pas normalement dans certaines communes de cette province.

Dans son discours de circonstance, le Secrétaire Permanent du CNS, le Colonel Pierre Claver NZISABIRA, a souligné que ces ateliers de formation s'inscrivent dans un cadre bien précis à savoir:

  • La recommandation adressée au SP/CNS par son Excellence Monsieur le Président de la République lui demandant d'assurer, conformément à la Stratégie Nationale de Sécurité, la coordination des tous les acteurs en matière de la sécurité;
  • L'investiture récente des administratifs à la base a créé, entre autres les 5 élus collinaires, la nécessité d'organiser des formations à leur intention pour que ces autorités puissent s'imprégner, dès leur entrée en fonction, des principes et aspects de sécurité humaine pour mieux protéger la population dont ils ont en charge contre les menaces potentielles ou réelles.

La sécurité est une affaire de tous les citoyens, y compris les étrangers qui vivent sur le sol Burundais, a-t-il dit en substance. Et de renchérir que la sécurité humaine dont il est question actuellement est centrée sur l'individu dans sa vie quotidienne; elle est multidimensionnelle, holistique et est toujours orientée vers la prévention.

Les points développés dans son allocution par le SP/CNS s'articulaient principalement sur:

  1. La maîtrise du mouvement des personnes et des biens par l'utilisation des cahiers de ménage et leur contrôle par l'administration;
  2. L'éradication de la fabrication, la vente et la consommation des boissons prohibées et les stupéfiants;
  3. L'augmentation de la production tant vivrières qu'industrielles pour que les Burundais atteignent l'autosuffisance alimentaire;
  4. L'encadrement et l'appui des jeunes dans la conception des projets de développement générateurs de revenus en vue de diminuer sensiblement le chômage;
  5. La dénonciation des fraudeurs et ceux qui dilapident les deniers publics;
  6. La salubrité dans les ménages et les lieux publics pour lutter contre les maladies telles que le COVID-19, le Cholera, etc.

Il a terminé son discours en invitant les administratifs à la base à relayer les connaissances acquises lors de ces ateliers à leurs administrés  et à mettre en place les CMSH inclusifs là où ils ne sont pas encore.

Lors de ces ateliers, les présentateurs ont dispensé des modules relatifs à:

  • l'alerte précoce et la confection d'un rapport y relatif;
  • les renseignements administratifs et la lutte contre la propagation de rumeurs;
  • la conception et la gestion des coopératives.

 

Par ailleurs, les participants à ces séminaires de formation ont à leur tour relevé les menaces ou défis auxquels ils font face dans leurs localités:

  • Dans les communes MUKIKE et MUGONGO-MANGA, ils ont souligné les conflits fonciers et exprimé leur souhait que le Gouvernement, à travers ses partenaires, puisse leur octroyer des vaches de races améliorées.

  

  • Dans les communes de KABEZI et MUTAMBU, ils ont évoqué les fraudes qui se font à travers le lac Tanganyika et l'existence des plages incontrôlées sur ce lac constituant ainsi le refuge des voleurs. Ils ont demandé la réouverture des activités de curage dans la rivière MUGERE car certaines personnes en dépendent pour la survie de leurs familles.

  

  • Dans les Communes de NYABIRABA et KANYOSHA, les participants ont parlé de vols dans les boutiques et ménages. Les habitants de Nyabiraba souhaitent quant à eux un marché public pour écouler leurs produits agricoles.

  

 

  • Dans les communes d'ISARE et MUBIMBI, les participants ont évoqué la polygamie qui prend une allure ascendante dans certaines localités. La plupart des hommes qui épousent une seconde femme se refugient dans la province BUBANZA.

  

 

  • Dans la Commune MUTIMBUZI, les participants ont fait état de la fraude sur la frontière commune avec la RDC, le stellionat qui s'observe dans la vente de parcelle, ainsi que la question des sinistrés de GATUMBA suite aux inondations.

 


 

En date du 21/9/2020, le Secrétaire Permanent du Conseil National de Sécurité (SP/CNS), Colonel Pierre Claver NZISABIRA, a clôturé par les Communes BURAGAMA et MUHUTA (Province RUMONGE) sa tournée destinée au Renforcement des capacités en matière de sécurité humaine à l’endroit de tous les administratifs à la base nouvellement élus.

Dans son intervention pour souhaiter la bienvenue aux participants à cet atelier, le Gouverneur de la Province RUMONGE a demandé aux administratifs de deux (2) communes, en synergie avec la population, à remblayer les trous qui s’observent tout le long  de la RN3.

Partant du fait que certains individus refusent sciemment d’adhérer aux CMSH, le SP/CNS s’est beaucoup appesanti sur le caractère apolitique et inclusif des CMSH.

 

Ainsi, au sein des CMSH, personne ne représente ni son ethnie, ni sa formation politique, ni son  obédience religieuse, encore moins sa région, ou autres. Le choix des membres se base sur les valeurs positives qu’incarne cette personne.

Bien plus, il a laissé entendre que le maintien de la sécurité et la sauvegarde de l’intégrité des frontières de notre pays est un devoir absolu à tous les citoyens, y compris les étrangers résidant au Burundi.

Tout en félicitant les nouveaux élus, les SP/CNS a terminé son discours en exhortant ces derniers  à rester vigilant et à mettre en place les CMSH dans  les plus brefs délais pour mieux garantir la sécurité de la population de manière hollistique.


 

En date du 17/9/2020, le Secrétariat Permanent du Conseil National de Sécurité (SP/CNS) a organisé au Chef-lieu de la Commune RUMONGE, un atelier de renforcement de capacités sur la sécurité humaine à l'intention des administratifs à la base, notamment les cinq (5) élus collinaires nouvellement investis, les membres des Comités Mixtes de Sécurité (CMS), les représentants des pêcheurs et des confessions religieuses ainsi que les responsables militaires de la Marine dans le Lac TANGANYIKA.

Après le mot d'accueil du Gouverneur, le SP/CNS a expliqué clairement en quoi consiste le nouveau concept de la sécurité humaine. Et de rappeler en outre aux participants le cadre légal et la composition des Comités Mixtes de Sécurité Humaine que les administratifs sont appelés à mettre en place dans les meilleurs délais et à tous les échelons.

 

Les sujets développés par les présentateurs des modules réservés pour cette journée étaient axés principalement sur:

  • Le système d'alerte précoce;
  • Le renseignement préventif dans l'administration et la rédaction d'un rapport y relatif;
  • La création et la gestion des coopératives.

 

A la fin de cette session de travail, une série de mesures a été prise dans le but d'améliorer la sécurité sur le Lac TANGANYIKA:

  1. Lutter contre la fraude qui est monnaie courante sur le Lac TANGANYIKA; les contrevenants à cette mesure s'exposent à la confiscation de leurs bateaux;
  2. Tous les habitants de la Commune RUMONGE doivent se procurer d'un cahier de ménage et y enregistrer leurs visiteurs. Cette recommandation concerne aussi les gérants des hôtels. Il est du devoir des administratifs à la base de contrôler régulièrement ces livrets;
  3. Les autorités administratives, les représentants de pêcheurs et le Commandement Militaire de la Marine dans le Lac Tanganyika se sont mis d'accord pour mettre en place, en endéans deux (2) semaines, une carte pour la protection des pêcheurs d'autant plus que cette dernière est déjà disponible et de procéder à l'immatriculation de tous les bateaux burundais empruntant les eaux du Lac Tanganyika en vue de mieux contrôler le mouvement des personnes et des biens.

Dans le cadre de la mise en oeuvre de son plan annuel d'activités, le Secrétariat Permanent du Conseil National de Sécurité (SP/CNS), a organisé ce Mercredi 16 Septembre 2020 au chef-lieu de la commune  BURAMBI ( Province RUMONGE)  un atelier de renforcement des capacités à l’endroit des administratifs à la base, notamment les 5 chefs collinaires nouvellement élus de chaque colline, ainsi que tous les membres des Comités Mixtes de Sécurité (CMS) implantés dans cette commune.

  

Dans son discours, le Secrétaire Permanent de CNS a rappelé que la sécurité n'est plus l'apanage des corps de défense et de sécurité seulement. De manière holistique, il a interpellé les participants à ce séminaire à oeuvrer pour la sauvegarde de la paix et la sécurité  dans leur entité car sans quoi aucun développement n'est possible. Ensuite, il a tenu à rappeler la composition des Comités Mixtes de Sécurité Humaine  à tous les échelons et a invité les élus collinaires à les redynamiser pour qu’ils soient plus opérationnels. Les invités à cet atelier ont en outre bénéficié la formation en matière de renseignement préventif, les principes  de base de l'alerte précoce, les éléments qui composent la rédaction du rapport administratif et la gestion des coopératives communautaires.

   

Le SP/CNS a indiqué à l'assistance que cet atelier de renforcement des capacités, en matière de sécurité humaine à l'endroit des administratifs à la base et aux comités mixtes de sécurité, vient au moment opportun car:

  • Ces enseignements dispensés coïncident avec l'entrée en fonction de nouveaux responsables administratifs, spécialement les cinq (5) élus collinaires, qui ont tant besoin d'acquérir des connaissances en ce qui concerne la sauvegarde de la paix, maintien de la sécurité et de développement;
  • Ces enseignements donnés tombent également au moment où des informations faisant état d'un petit groupe de bandits armés en débandade qui circulerait dans la Commune BURAMBI.

En clôturant  cet atelier, le SP/CNS a invité avec insistance les participants à ce séminaire (venus des Communes BUYENGERO et BURAMBI) à rester unis afin de ne pas tomber dans le piège des déstabilisateurs qui chercheraient à diviser les citoyens, à mettre en place les CMS là où ils n'existent pas et s'atteler aux travaux de développement sur leurs collines respectives.

Ils est à souligner en définitive que cette activité de renforcement de capacités dans le domaine de la sécurité humaine à l'endroit des administratifs à la base qui a été lancée en date du 16/9/2020 par le SP/CNS à BURAMBI va se poursuivre à travers tout le pays.

PUBLICATIONS

octobre 2020
lmmjvsd
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031
Copyright © 2020 SPCNS-Burundi. Tous Droits Réservés.
Conçu et Réalisé par BD HOPE COMPANY