Ce vendredi 22 Mai 2015, le Conseil National de Sécurité s'est réuni en session extraordinaire à Bujumbura sous la Présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République et Président dudit Conseil. L'ordre du jour était centré sur l'analyse sécuritaire dans le pays en général et plus particulièrement dans la Mairie de Bujumbura après le putsch manqué du 13 mai 2015.

Cliquez ici pour télécharger le communiqué complet

Ce vendredi 08 Mai 2015, le Conseil National de Sécurité s'est réuni en session extraordinaire à Bujumbura sous la Présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République et Président dudit Conseil. L'ordre du jour était centré sur l'analyse de la situation politique et sécuritaire de notre pays. (...)

Cliquez ici pour télécharger le communiqué complet

Dans le but de l’exécution de la recommandation de Son Excellence Monsieur le Président de la République de s’assurer que la mise sur pied des Comités Mixtes de Sécurité sur tout le territoire national a été effective, ainsi que la vulgarisation de la Stratégie Nationale de Sécurité à tous les échelons notamment en disponibilisant les documents traduits en Kirundi en vue de son appropriation par toute la population, le Secrétariat Permanent du Conseil National de Sécurité a débuté la vulgarisation de la Stratégie Nationale de Sécurité à tous les échelons ainsi que le suivi-évaluation de l’opérationnalisation des Comités Mixtes de Sécurité par les provinces du Nord du pays à savoir Muyinga, Kirundo et Ngozi respectivement les 21, 22 et 23.

Ces Comités doivent répondre devant l’autorité administrative (province, commune, colline) qui est légalement mandatée pour Juillet 2014.

La Stratégie Nationale de Sécurité prévoit qu’au niveau local, le Gouvernement assure la coordination des actions à travers les Comités Mixtes de Sécurité humaine (CMS) qui regroupent les principaux intervenants en matière de Sécurité Humaine superviser leurs activités. Les organisations de la société civile contribuent aux CMS par l’échange d’informations sur les cas de déviation et en faisant des suggestions.


Ce jeudi 17 juillet 2014, le BNUB a remis officiellement au Secrétariat Permanent du Conseil National de Sécurité 6 200 exemplaires des documents de Stratégie Nationale de Sécurité et de l’Ordonnance conjointe portant cahier de charge des Comités Mixtes de Sécurité humaine multiplié grâce à l’appui de ce Bureau des Nations Unies.

Dans son discours, le Secrétaire Permanent du CNS a remercié le BNUB pour l’appui qu’il ne cesse d’apporter au secteur de sécurité et particulièrement au Secrétariat Permanent du Conseil National de Sécurité qui avait reçu un appui financier dans le cadre de la vulgarisation de la Stratégie Nationale de Sécurité jusqu’à la multiplication de celle-ci traduite en Kirundi.

Le Secrétariat Permanent du Conseil National de Sécurité appuyé par le Programme des Nations Unies au Burundi a organisé un atelier de formation dans le domaine de la Sécurité Humaine en dates du 26 au 28 Juin 2014 à Gitega dans le but d'un renforcement des capacités pour un meilleur encadrement des Comités Mixtes de Sécurité Humaine.

Cet atelier avait les objectifs suivants:

  1. Découvrir le concept de Sécurité Humaine, comprendre les enjeux de sa mise en application et les mettre en perspective dans le contexte du Burundi ;
  2. Renforcer les capacités des cadres du Secrétariat Permanent du CNS afin de rendre le suivi-évaluation de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Sécurité ainsi que celui du fonctionnement des Comités Mixtes de Sécurité, qui sont du domaine de la sécurité humaine, plus efficace et efficiente ;
  3. Faire participer à l'atelier de formation les différents acteurs, tant étatiques que non-étatiques afin de contribuer significativement à la performance et à la durabilité du domaine de la sécurité humaine ;
  4. S'approprier des principes et aspects de la sécurité humaine et renforcer l’autonomisation de ce domaine.

A l'issue des trois journées de formation, les participants ont principalement retenu que:

  1. La sécurité humaine comporte trois principes à savoir vivre à l'abri de la peur, à l'abri des besoins et dans la dignité. C'est la jonction entre la sécurité traditionnelle (missions des corps de défense et de sécurité), le développement et le respect des Droits de l'Homme.
  2. Les 7 composantes interconnectées de la sécurité humaine sont : la sécurité économique, alimentaire, sanitaire, environnementale, personnelle, communautaire et politique.
  3. La sécurité humaine est à la fois centrée sur la personne, elle multisectorielle et holistique, spécifique au contexte et orientée vers la prévention. Ces quatre principes sont rendus opérationnels à travers le cadre hybride à deux dimensions : la protection et l'autonomisation ou l'habilitation. La protection implique une approche "descendante" (du haut vers le bas) tandis que l'autonomisation quant à elle implique une approche "ascendante"(du bas vers le haut).
  4. Les analyses sont chaque fois centrées sur les besoins de la population, les vulnérabilités, les insécurités ou les menaces, et les compétences disponibles pour trouver des solutions durables.

Notons enfin que la Sécurité Humaine ne vise pas à remplacer la Sécurité d'Etat. Leur relation est complémentaire: la Sécurité Humaine et la Sécurité d'Etat se renforcent mutuellement et dépendent l'une de l'autre. Sans Sécurité Humaine, la Sécurité d'Etat ne peut pas être atteinte et vice-versa.

PUBLICATIONS

mars 2019
lmmjvsd
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Copyright © 2019 SPCNS-Burundi. Tous Droits Réservés.
Conçu et Réalisé par BD HOPE COMPANY